Itinéraire

Vous pouvez rechercher un itinéraire autour des villes de Château-Thierry, Laon, Saint Quentin et Soissons pour l’Aisne. Vous pouvez aussi étendre vos recherches aux villes de Compiègne, Reims et Paris.

Faire une recherche

La SNCF se moque de ses « clients » et de nos territoires !

 

Pour convenance strictement personnelle, la SNCF projette de mettre en place de nouveaux horaires en décembre 2016. Ces horaires vont pénaliser toutes celles et tous ceux se déplaçant vers Paris et plus particulièrement les jeunes et les salariés dont beaucoup de ces derniers rentreront plus tard chez eux. En ce qui concerne les usagers en provenance de Paris mais également pour ceux allant à Laon ou de Laon descendant en gare de Soissons, les « principaux trajets » proposés sortent, pour certains, des plages horaires les plus fréquentées. En effet, on enregistre, dans les deux sens de circulation, des glissements d’horaires aux heures de pointe !

En clair, le temps de transport de nombreux élèves et salariés augmentera au moins de 30 minutes par jour, sans compter les retards habituels de la SNCF !  Peu importe les usagers actuels de cette ligne, peu importe également les usagers des transports collectifs routiers. Une chose est sûre, cette grille horaire pénalise notre réseau ferré et ne va pas dans le sens de son développement…

Les Autorités Organisatrices de la Mobilité que sont celles de Crépy en Valois, Villers-Cotterêts, Soissons et Laon, quant à elles, n’ont pas été préalablement consultées. Elles sont placées tout simplement devant le fait accompli. Cependant, pour se donner bonne conscience, la SNCF propose à ces mêmes réseaux urbains la signature de conventions de transport conjugué (train + bus). En clair, des « coquilles vides » et tout cela, pour se donner bonne conscience. Quelle hypocrisie !

Est-il réellement possible d’établir une chaîne des déplacements fiable à partir de telles pratiques ? C’est possible mais, uniquement dans les zones à forte densité de population; dans des agglomérations importantes où les « recettes transport » ne sont pas comparables à celles de nos petits réseaux qui conjuguent trois handicaps : une faible densité d’habitants au km2, des territoires vastes à desservir et peu de moyens financiers. Sur nos territoires, les bus ne passent pas aux arrêts toutes les cinq minutes. Et tout retard de train et/ou modification d’horaires ont des conséquences graves pour les  populations. La SNCF semble ignorer cette réalité à moins qu’il n’y ait derrière tout cela de réels calculs, des calculs difficilement avouables mais savamment réfléchis…

Aujourd’hui, pour des raisons de pure rentabilité, nos villes à la campagne sont sacrifiées sur l’autel des métropoles ! On n’a plus que ces mots à la bouche :  » faire des économies d’échelle » et dans le même temps, on multiplie le nombre de véhicules individuels sur nos routes, on favorise la désertification de nos « petites villes » et villages et on augmente les pollutions… Triste bilan !

Il n’est plus possible d’accepter le dictat de la SNCF et de certaines administrations. Il est grand temps que l’on en revienne à cette notion de service public; mission, il faut bien le reconnaître, que la SNCF n’assure plus ! 

 

Le Président du S.I.T.U.S

Didier BODA